Le BIM révolutionne la filière immobilière et construction en Italie

A lire sur le site italien Digital 4 Executive, un excellent article de l’Expert en Business Process Management Mario Caputi sur le BIMM (Building Information Modeling & Management) en Italie qui dans le cadre de la nouvelle loi sur les appels d’offres de marchés publics génère des avantages pour tous les opérateurs du secteur en réduisant le gap entre le prix d’adjudication des Ao et le coût final, améliorant la réactivité, la qualité du projet.


Le nouveau code des marchés publics pré approuvé en conseil des ministres prévoit l’utilisation du BIM Mais pas son impositions dans un premier temps. La filière BTP doit donc apprendre à travailler de manière intégrée, d’autant plus que l’IoT, la mobilité et la Business Intelligence génèreront un flux de Big Data sans commune mesure que seul le BIM permettra de traiter et d’exploiter.

 

La Directive du 15/01/2014 qui recommandait aux 28 Etats Membres l’utilisation d’un processus BIM ne fut donc pas une vaine action car elle commence à redescendre petite à petit dans les pays et donne lois dans certains pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Espagne à de réelles obligations et de véritables réflexions de fond que nous devrions imiter.

 

Mario Caputi rappelle que le BIM naquit il y a une vingtaine d’années, théorisé la première fois par Phil Bernstein, Architecte et vice-président chez Autodesk et ensuite rendu populaire par Jerry Laiserin. Ces dernières années , il y a eu de nombreuses définitions pour le BIM dont 2 les plus significatives :

Le BIM ne change pas la conception et la visualisation des édifices mais modifie radicalement tous les processus dédiés à réalisés les édifices et ouvrages d’art.

 

Le BIM est une représentation paramétrique des caractéristiques physiques et fonctionnelles d’une structure et de ses informations relatives à son cycle de vie prévu, sur la base de standards ouverts pour le processus décisionnel d’entreprise à des fins d’une plus grande profitabilité.

 

En somme, le BIM est une méthodologie qui impose la génération de données et informations à partir des phases d’esquisses préliminaires et il devient une condition nécessaire à quelque chose de plus complet et plus large le BIMM (Building Information Modeling et Management), cad, la capacité à numériser et gérer toutes les informations nécessaires et inhérentes aux processus, des phases de conception, en passant pas la construction et la gestion et maintenance, en passant par les phases d’appels d’offres de marchés publics. Mais les bénéfices les plus importants bénéficient à la maitrise d’ouvrage.

 

 

En simplifiant, on peut dire que le BIMM a différentes dimensions de gestion :

 

3D : informations pour la représentation graphique des projets

4D : informations pour la planification des travaux (temps)

5D : informations pour l’économie du projet (budget) et l’estimation des travaux

6D : informations pour la gestion et maintenance du bien, ainsi que sa gestion énergétique

 

7D : informations pour  la gestion du chantier, la collaboration et l’intelligence business

Écrire commentaire

Commentaires : 0