BIM et patrimoine : de nombreux avantages en exploitation

Si la maquette numérique est de plus en plus utilisée en phase conception, la phase d'exploitation - la plus longue dans la vie d'un bâtiment - peut également en tirer des bénéfices. Plusieurs conférences du salon BIMWorld, qui s'est tenu à La Défense ces 6 et 7 avril 2016, ont évoqué ces aspects qui intéressent les gestionnaires de patrimoine et les bailleurs.


"Le BIM construction n'est pas suffisant : l'exploitation, sur la durée de vie du bâtiment, représente 80 à 85 % des coûts. On ne peut pas s'en passer", déclare Thierry Berthomieu, directeur du programme Copernic chez Thalès.

Une évidence qu'il partage avec de nombreux acteurs de la gestion de patrimoine. Jean-Yves Bresson, fondateur du cabinet de conseil Almadea, souligne les trois aspects de l'utilisation du BIM : conception-construction, rénovation et exploitation-supervision. Il explique : "Les bailleurs sociaux doivent optimiser leurs charges et gérer un patrimoine immobilier. Ils doivent donc disposer d'informations patrimoniales précises".

Ces acteurs de l'immobilier utilisent la maquette numérique de façon différente des maîtres d'œuvre. "En gestion, le BIM est déjà une réalité, avec plusieurs centaines de milliers de mètres carrés numériquement exploitables en France", détaille-t-il. Serge Ourties, p-dg de Labeo, renchérit : "Les gestionnaires de patrimoine sont les premiers créateurs de données BIM en France". Pour eux, les bénéfices seraient nombreux : coûts évités non négligeables, optimisation des investissements, diminution des nuisances pour les occupants, création de valeur, génération d'emplois… "Il y a, par exemple, un gain de productivité pour les collaborateurs qui ne perdent plus du temps à aller rechercher des informations", fait valoir Jean-Yves Bresson.

 

Le gain de temps s'élèverait à une douzaine de jours sur une année par collaborateur. Pour sa part, Serge Ourties soutient que le BIM permettra de passer d'une maintenance curative, au moyen d'interventions en réaction à un désordre, à une maintenance préventive voire prédictive. La mobilisation des personnels serait ainsi plus efficace et les achats de pièces anticipés, grâce à l'obtention de données en temps réel et à des systèmes d'alertes. Sans même parler de "maintenance augmentée" avec accès facilité aux documents techniques et identification des liaisons fonctionnelles des réseaux. "Le BIM est une chance pour créer des emplois, car des outils informatiques de plus en plus intelligents permettent de faire appel à des personnels peut-être moins qualifiés", déclare-t-il.


Écrire commentaire

Commentaires : 0